Title

La maison intérieure

 

Nous avions prévu de faire une séance couple avec Noëmie et son mari à l’automne. Mais quand j’ai vu les photos de leur nouvelle maison, je me suis dit que faire une séance dans ce lieu serait super ! Noëmie avait envie de garder des souvenirs de la maison avant les travaux, c’était finalement l’occasion de faire une séance que j’appelle « Juste vous ».

L’exercice n’était pas évident, mais Noëmie a été parfaite. Elle trouvera la séance couple d’autant plus facile !

Du béton, du bois, les traces des travaux déjà entamés, du vintage, le charme de l’ancien et bien sûr, ce que j’affectionne, de la lumière. Pas toujours en grande quantité, mais c’est ce qui m’a aussi attiré et parlé.

Et puis lorsque je me suis mise à penser à ce que je voulais raconter dans ce lieu, ce fut une évidence. C’est l’histoire de chacun.

Je vais vous la raconter sous forme allégorique avant de vous la montrer en images.

Notre coeur est une maison. 

Elle est chargée d’histoire(s). Dans cette maison, il y a plusieurs pièces. 

Certaines que l’on ouvre, d’autres que l’on entrouvre. A l’autre. A soi. 

Il y en a aussi que l’on garde fermées. Aux autres. Parfois à soi-même. « Ici j’ai trop souffert » « Plus jamais je ne laisserai entrer quelqu’un ici ». « Je ne veux plus penser à ce qui s’est passé dans cet endroit » « Si les gens voyaient à quel point c’est sombre ici, je préfère qu’ils ne sachent pas », etc.  

Peur de l’autre. Peur de soi-même. Peur de ce qui pourrait arriver. Encore. Si… 

Parce qu’il arrive que l’on ait ouvert la porte à l’autre et qu’il soit venu détériorer notre habitation. « Pas de respect, la moquette de ma chambre a été piétinée avec des chaussures pleines de terre ! ». Certains mêmes se sont invités chez nous, sans qu’on ne les y autorise. « Ces voleurs ! Ils ont emporté un de mes tableaux ! C’est comme un bout de chez moi ! ».

Il y a aussi ces pièces que l’on dégrade nous-mêmes. Parfois consciemment. Souvent sans s’en apercevoir. On ne sait pas comment prendre soin de son intérieur.

Il y a quelques années, j’ai découvert qu’il y avait une porte fermée chez moi. En fait je ne savais même pas qu’elle existait, ni ce qu’il y avait à l’intérieur. Jusqu’à ce que j’ai été invitée à regarder par le trou de la serrure. J’ai compris qu’il s’y était passé quelque chose, que ma mémoire a voulu oublier. J’ai vu que c’était sombre et je n’étais pas prête à l’ouvrir. Peur que mon monde s’écroule. Peur d’être happée par cette pièce, qu’elle se referme sur moi, que cela change mon regard sur ma vie. Et puis quelques années plus tard, j’ai été invitée à ouvrir cette porte.

Et vous savez quoi ? Oui, il y avait besoin de restauration dans cette pièce. Et c’est encore en travaux. Mais un seul ouvrier suffit. Parce que lorsque j’ai ouvert cette pièce, j’ai permis à la Lumière d’entrer. Mon monde ne s’est pas écroulé. 

J’ai compris. J’ai compris que tant que je n’ouvrais pas cette porte là, je ne pouvais pas être complètement moi. Il manquait un bout de mon coeur. Et cela avait des conséquences sur tout le reste de la maison.

J’ai compris que si on n’ouvre pas chaque porte de notre intérieur, la lumière ne peut pas y entrer. 

J’ai compris que bétonner, fermer à clé, ne fait que nous endurcir. Qu’il faut prendre le risque de se rendre vulnérable, à nouveau, quitte à être déçu et devoir à nouveau repeindre les murs d’une pièce. Mais qu’on peut être enchanté de l’avoir fait. Libéré. Se sentir aimé. Partager. Faire confiance.

Dans la maison de la séance, il y avait des pièces où plutôt que d’enlever le papier peint, ils en recollaient un nouveau. Allez, hop. Cette vieille tapisserie, on la cache. Mais vous savez, la tapisserie est toujours derrière. Ce n’est pas de la restauration en profondeur. C’est du camouflage. Et ça ressort, avec le temps. Les couches se superposent et on fini par se sentir chargé. Parfois, on a ce sentiment de lourdeur, sans savoir pourquoi.

Dans les photos que vous allez voir, il y a une image qui me parle. Celle d’une vitre cassée. Les circonstances de la vie vous ont parfois brisés ? Mais vous êtes encore là. Soyez sûrs que les fondations de votre coeur sont solides. Votre âme est belle. Oui, il y a besoin de plus de lumière, de restauration. Mais l’essence de votre nature, de votre coeur est magnifique.

Et pour terminer. Parlons jardin. Le futur jardin de Noëmie est pour le moment bétonné, mais lumineux ! Un jardin sans lumière ? C’est impossible. J’ai d’ailleurs hâte de voir la transformation ! 

Il y a en chacun de nous un jardin de délices et de lumière, une terre fertile dans lequel vous allez pouvoir cueillir des fleurs pour remplir votre maison, et des fruits avec lesquels vous nourrir. S’il vous plait, ne le bétonnez pas. Laissez la vie en jaillir ! Car c’est cette lumière du jardin qui inonde de lumière votre maison.

Sur ce, voici les photos !